Croisière: les 7 Vies du Sea Cloud

Croisière de Luxe Sea Cloud Cruises

Peu de navires de croisières ont aujourd’hui une histoire à raconter. Arte consacre actuellement une série documentaire dédiée au luxueux voilier Sea Cloud.

Depuis plusieurs années maintenant, nous travaillons avec Sea Cloud Cruises qui offre une alternative à la croisière en paquebot. Cette compagnie propose une vraie navigation à la voile afin de vivre une expérience maritime impossible ailleurs. L’essence même de la croisière, mélange de la mer et du vent.

Une des cabines du Sea Cloud

Les deux voiliers, le Sea Cloud et le Sea Cloud II, offrent un des services les plus luxueux dans le monde de la croisière. Tous les passagers reviennent avec la même satisfaction quant au service, à la gastronomie, à la convivialité et à l’expérience humaine vécus à bord.

Quelques détails techniques :

  • Longueur : 109,50 m
  • Largeur : 14,94 m
  • Tirant d’eau : 5,13 m
  • Le plus haut mat : 54,20 m
  • Nombres de voiles : 30 pour une surface de 3 000 m² !
  • Nombre de passagers maximum : 64
  • Membres d’équipage : 60
  • Nombre de cabines extérieures : 32
  • Année de construction : 1931
Découvrez Sea Cloud Cruises >

Les Sept Vies du Sea Cloud (arte)

Une plongée en cinq épisodes dans la carrière mouvementée d’une légende flottante : le Sea Cloud, un luxueux voilier de croisière construit dans les années 1930 par la firme allemande Krupp pour le multimillionnaire américain Edward Francis Hutton.

Regardez les épisodes en replay pendant 90 jours >

 

Episode 1

Le voilier de croisières Sea CloudConstruit dans les années 1930 sous le nom de Hussar II, le quatre-mâts sillonne toujours les mers du globe. Tom Hook, pianiste à bord depuis plus de trente ans, retrace son histoire, qu’il connaît comme personne : c’est un multimillionnaire américain, Edward Francis Hutton, qui l’a fait construire par la firme allemande Krupp pour l’offrir à son épouse Marjorie. Le couple s’y réfugie alors lors de leurs multiples croisières en compagnie de célébrités de l’époque.

Episode 2

Une plongée dans la carrière mouvementée d’une légende flottante : le Sea Cloud, luxueux voilier de croisière témoin des soubresauts de l’histoire. Ce deuxième volet raconte la période pendant laquelle, à la fin des années 1930, le voilier, amarré dans le port de Leningrad, devient un lieu de rencontre officieux entre diplomates russes et américains.

Après son divorce en 1935, Marjorie Merriweather Post, propriétaire du navire, se remarie avec Joseph Davies, conseiller du président américain Woodrow Wilson. Lorsqu’il est nommé ambassadeur à Moscou, le grand voilier – rebaptisé Sea Cloud pour l’occasion – change de port d’attache. Il largue les amarres dans le port de Leningrad et devient alors un lieu de rencontre officieux entre diplomates russes et américains. Plusieurs années durant, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le couple organise de nombreuses réunions à bord de cette « ambassade » flottante.

Episode 3

Le restaurant à bord du Sea CloudLorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Marjorie et Joseph Davies mettent le superbe quatre-mâts à disposition de l’US Navy pour la somme symbolique d’un dollar par an. Dès 1943, il sera utilisé comme navire de guerre. Sous le commandement du lieutenant Carlton Skinner, le bâtiment joue un rôle pionnier dans l’abolition de la ségrégation raciale au sein de la marine, puis de l’armée américaine en général. Il rentrera définitivement dans l’histoire militaire en contribuant à l’avancée des troupes alliées en Europe.

Episode 4

En 1955, Marjorie et Joseph Davies vendent le navire à Rafael Trujillo, dictateur de la République dominicaine depuis 1930, qui avait été régulièrement invité à bord. Le voilier, rebaptisé Angelita, sert de yacht de luxe et de siège flottant du gouvernement. Suite à l’assassinat, en 1961, de Trujillo, sa famille prend la fuite à bord du navire, avant d’être sommée de faire demi-tour par le nouveau pouvoir dominicain.

Episode 5

La tête dans les étoiles le soir au Blue LagoonConfisqué par le gouvernement dominicain après la chute du dictateur Trujillo, le Sea Cloud, rebaptisé Patria, est racheté en 1966 par un entrepreneur américain, John Blue, mais tombe vite en décrépitude suite aux problèmes financiers et juridiques de son propriétaire. Devenu l’Antarna, le quatre-mâts passe plus d’une décennie amarré dans le canal de Panamá. Ce n’est qu’en 1978 qu’un capitaine allemand découvre le bateau et décide de le racheter pour le rénover. Remis en état dans les chantiers navals de Hambourg, le Sea Cloud retrouve son nom et son luxe d’antan. Aujourd’hui, il offre encore des croisières de rêve à quelques poignées de passagers fortunés.

Author: Rédaction

Share This Post On